“Alf thneya we thneya”: Balade nature entre Ain Drahem et Beni Mtir

0
247 views

Dans ce nouvel épisode d’Alf Thneya we Thneya sponsorisé par l’Arab Tunisian Bank http://www.atb.tn, Amel Djait nous convie à une ballade entre Aïn Draham et Beni Mtir, deux petites villes du nord ouest de la Tunisie, situées à une trentaine de kilomètres de Tabarka.

Pour écouter la capsule

:

Ain Drahem autant que Beni Mtir sont devenues deux destinations qui attirent de plus en plus de tunisiens à la recherche de nature et de calme, de sérénité et de déconnexion. La région devient juste « The place to be » durant les quelques mois de la saison hivernale.

Faire un tour à Aïn Draham, ne saurait se faire sans une immersion dans la forêt et cela ne saurait se faire sans les conseils et explications d’un guide local de renom; Yahia Saoudi.

Ce dernier connait la région comme sa poche et il y organise des randonnées pédestres qui durent entre de 3 à 5 heures, même plus. 40 ans de carrière dans la chasse de sangliers, Yahia travaillait presque exclusivement avec des touristes français et italiens. Seulement « depuis 2001, il n’y a plus grand monde, dit -il. C’est alors qu’il se reconvertit et adapte ses produits à la demande locale au grand profit des amateurs de marche, d’Ain Drahem, de la botanique et de l’humour particulier du guide.

Le guide Yahia est une encyclopédie des routes et des sentiers de la région. La nature de Aïn Draham n’a plus aucun secret pour lui et les randonnées avec lui peuvent vous conduire vers la frontière, les alentours de Ain Drahem, les chutes de Beni Mtir…

Beni Mtir, était probablement un des villages les moins connus de Tunisie jusqu’à il y’a pas longtemps. Avec les programmes de randonnées qui se multiplient et la nouvelle passion des jeunes pour le camping, ce beau village reçoit de plus en plus de monde. Les chutes du village sont devenues une véritable attraction. Pour Yahia, elles sont encore plus belles quand il pleut: « Ces chutes sont accessibles facilement. Il faut juste arrêter le bus ou la voiture à une distance de 100 mètres et continuer à pied ».

Lors de ses randonnées, Yahia organise aussi des repas à base de produits frais et issus de l’agriculture de la région et de la cuisine de son épouse. A eux deux, ils organisent de superbes pique niques  au bord de l’eau du barrage de Beni Mtir. Ils proposent des grillades de viandes, de la salade méchouia, des olives et de l’huile d’olive, de l’harissa…. Des fois, le menu se compose d’un couscous au poulet fermier ou d’un riz oriental. Le menu comprend régulièrement un pain traditionnel cuit au feu de bois comme la “tabouna” ou  la “matlouaa”. 

En plus d’être une mine d’informations sur la région, Yahia est aussi un conteur hors pair. Lors de votre petit voyage, il vous racontera des anecdotes du quotidien et des histoires sur l’époque de la colonisation. Il vous récitera de vers de poésie et vous épatera avec ses connaissances sur les plantes et les arbres des montagnes de Khmir. Il connait les usages de la bourrache, du chardon sauvage, du lentisque, du lavandin, …Yahia Saoudi se révèle aussi spécialiste des champignons dont il connait toutes les variétés et qu’il cuisine en saison ( septembre_novembre) sautés, grillés ou encore en sauce.

Yahia entretient avec “sa” forêt un lien est étroit et quotidien. C’est alors qu’avec humour, il baptise des rochers, imagine des scènes de films, construit des mythes et pense à la beauté de la région qui a inspiré le grand poète tunisien Abou Al Kacem Chebbi, lors de son long séjour à Aïn Draham. “En 1956, il y’avait plus de 28 hôtels à Ain Drahem. La ville était propre, aménagée, belle et on y venait du monde entier…C’était avec le boom du tourisme balnéaire…”.dit Yahia, non sans amertume.

Beni Mtir en mode Plan L

Outre Ain Draham, Beni Mtir est devenue une destination nouvelle et incontournable en hiver surtout pour les jeunes. Amateurs de camping, ce produit est devenu à la mode et c’est d’ailleurs fort profitable car l’offre d’hébergements dans le village reste encore assez peu disponible et variée. Accessible à une jeunesse curieuse et sportive disposant de peu de moyens, le camping permet une immersion dans la nature qui répond aux attentes des jeunes.

Pour ceux qui n’osent pas le camping pour se loger, il y’a une nouvelle alternative dans le village de Beni Mtir; Plan L ( https://www.facebook.com/planlconcept.tunisie/). Résidence pour jeunes, l’établissement a récemment ouvert ses portes.  Gérée par un couple tuniso-canadien, la résidence dispose d’un dortoir adapté pour une dizaine de personnes et organise des sorties botaniques, de l’initiation à la méditation  et au yoga… Le service y est des plus agréables et cordiaux. La nourriture, préparée par Firas et son épouse est particulièrement variée et goutteuse est très joliment présentée dans de jolis plateaux en bois produit dans le village.

Plan L http://www.planlconcept.com/ se définit comme un incubateur en développement de projets d’économie solidaire et rêve de créer une chaine immobilière socio-écologique. Tout un programme pour une région qui en largement besoin !

Alf Thneya we Theneya », en partenariat avec Arab Tunisian Bank  est diffusé chaque vendredi, samedi et dimanche sur Express FM (103.6 Mhz à Tunis, 104 Mhz à Sfax, 100.2 Mhz à Bizerte, 106 Mhz au Cap Bon, 91.1 Mhz à Sousse, 104.5 Mhz à Mahdia et Monastir).

Productrice : Amel Djait pour www.1001Tunisie.com
Production : Express FM
Producteur exécutif : Streaming HD
Crédit photos: Pierre Gassin

LEAVE A REPLY