La Table de Jugurtha

0
690 views

table1Dire que la table de Jughurtha est une structure titanesque de 20 millions de m3, qui s’étend sur 80 hectares à près de 1300 m du niveau de la mer et n’est accessible que par 150 marches taillées dans la roche vous donnera t-il une meilleure idée sur ce miracle de la nature ?

Ici, outre la masse, il est important de retenir que les humains y ont vécus, s’y sont mariés, y ont eu des enfants, y ont célébré la vie et la mort …Ils s’y sont protégés et livrés des batailles face aux envahisseurs et à dame nature.table2

Des traces visibles de cendres, d’escargots et de débris de silex sont encore visibles et témoignent d’une trace de vie qui remonte entre 6000 et 2000 av JC.

Au pied de la table, on retrouve la trace de dolmens, de tombeaux rupestres et divers bâtiments comme les restes d’une huilerie mégalithique. Sur la plateau, on trouve des restes d’un bassin, une mosquée, le marabout Sidi Abdel Jaoued, une grotte…

Retenez que la Table de Jugurtha est aussi anciennement appelée « Kalaat Mejjana », « Kalaat Mergamenna », Kalaat Buchr »…Le rocher-forteresse a servi et connu de de nombreuses batailles entre envahisseurs, rebelles et habitants et maîtres du pays…table5

sur le site kaalat.com, un des plus complets sur la table et la région, on transcrit l’historique suivante:

« En 533 la plaine servit de refuge aux Vandales contre les Byzantins. En 647 les habitants, vaincus par les Arabes, s’y retranchèrent. En 686 les Arabes y poursuivirent le roi berbère Koceila. En 908 les troupes Aglabides, vaincues dans la plaine par les Chiites, ne purent s’y réfugier et furent taillés en pièces. Par la suite elle devint une place refuge pour les premiers Fatimides, puis les Zirides. En 1283 l’Hafside Abu Faris fut vaincu et tué dans la plaine par un usurpateur. Mais son oncle Abu Hafs se réfugia sur la Table, y reconstitua ses forces puis reconquit Tunis. En 1352 l’Hafside Abu Ishaq y fut vaincu par les rebelles. En 1644 Hamouda Bey vainquit le cheikh des Hanecha, dont la Table était l’une des places fortes. En 1694 Hussein ibn Ali, soupçonné de trahison par les Mouradites, s’y réfugia. Par la suite il devint maître de la Tunisie.
Au 18e s. la Table aurait servit de refuge au brigand Senane, d’où le nom de la ville actuelle.
Jusqu’au 19e s un important marché au bétail se tenait sur la Table. La menaa (village refuge) occupant son sommet fut alors abandonnée. Au XXe s. les Français y établirent une mine, maintenant abandonnée. »table4

Du côté de la légende, voila ce que la mémoire populaire retient: « Agressé par un envahisseur, la population locale s’est protégée sur la table, mais le siège a duré longtemps au point que l’eau dans les citernes et le blé dans les greniers commençaient à s’épuiser. C’est alors que la ruse prend place. Les femmes étendent le linge pour faire croire qu’elles ont encore de l’eau.  Souffrant de faim et de soif, les agresseurs décident de partir convaincus qu’il y’a dans la forteresse une source d’eau ».

 

 

LEAVE A REPLY