JCC: Le dernier Mirage

0
256 views

Salle comble avec un public jeune au look branché . A part un énergumène qui voulait chahuter et qui a été aussitôt « dégagé « , la projection s’est déroulée dans de bonnes conditions . On sentait que le public était formé en majorité de cinéphiles .

La trame et l’intérêt du film y étaient pour quelque chose dans ce comportement inattendu. Le film est une réalité-fiction racontant l’histoire d’un manuscrit dérobé en Irak pendant la guerre du même nom et retrouvé dans le désert tunisien. Ne comptez pas sur moi pour vous raconter la fin de ce long métrage d’à peu près une heure et demi.

Pour la petite histoire , le public a ri une fois pour une réplique à connotation sexuelle et a applaudi une seule fois pour une scène d’assassinat . Allez comprendre quelque chose! Côté réalisation , on sent que Nidhal Chatta veut jouer dans la cour des grands et n’hésite pas à user des recettes cinématographiques qui ont fait le succès de « Da Vinci Code » ou du « Patient Anglais » . Sa caméra ambitieuse reproduit assez fidèlement les paysages grandioses du sud tunisien et l’atmosphère poussiéreuse des villages du Jerid. Un jeu d’acteurs plutôt plaisant accroche le spectateur et le tient en haleine. Quelques légers problèmes de raccords son et image et d’étalonnage des couleurs auraient pu être facilement évités cependant.

Je ne comprends pas grand chose à la critique cinématographique mais j’ai passé un agréable moment flanqué d’un côté d’une enseignante sfaxienne qui se marie le mois prochain et une étudiante africaine qui ressemble à la demoiselle qui orne l’affiche des JCC et qui n’arrêtait pas de me demander l’heure.

En sortant , toute la magie du cinéma se rompt à la vue des poubelles éventrées, des chats fouineurs , des lampadaires à la lumière glauque et des rares passants pressés d’attraper le dernier bus ou le dernier métro.

Décidément , la capitale ne veut pas se parer de lumières et de paillettes pour célébrer un événement culturel aussi important .
Pourvu que cette édition des JCC ne soit pas un dernier mirage.

Wahid Brahim

{mainvote}

Previous articleDu danger d’une seule croix gammée à Tunis !
Next articleUn an d’ANC !
Journaliste et expert en communication, elle est la fondatrice du guide et magazine de voyage 1001Tunisie. A été Conseiller auprès du ministre du tourisme tunisien et reçu le Prix de l’Innovation Google Tunisie (Juin 2013). Passionnée de son pays, elle en connait les moindres recoins et a collaboré sur plusieurs livres, émissions tv, projets de développement.

LEAVE A REPLY