Formation de broderie: La finesse chinoise et le savoir faire tunisien pour tout dialogue

0
750 views

C’est à la faveur d’un programme d’échanges entre la Chine et la Tunisie qu’un programme de formation en broderie a été élaboré au centre « El Hrayer » de l’Union Nationale des Femmes Tunisiennes (UNFT) avec la participation et soutien de la Chambre Nationale des Femmes Chefs d’Entreprises (CNFCE).

Pour la mission, une délégation officielle représentant le gouvernement de la République Populaire de Chine, constituée d’une représentante du gouvernement chinois, d’un groupe de femmes d’affaires et de formatrices en broderie a choisi de découvrir la ville de Sidi Bou Said. Un accueil des plus chaleureux leur a été consacré grâce au maire de la ville Khelil Cherif et de la Conseillère municipale de la culture et l’éducation Mme Aicha Gorgi. La délégation a aussi eu l’occasion de découvrir le Musée du Bardo et de profiter des saveurs locales notamment au restaurant  » Tounsy  » à Gammarth et à « Dar Zarrouk » à Sidi Bou Said.

La broderie en Chine est un art à part entière. Certaines techniques sont même inscrites au Patrimoine immatériel et mondiale de l’UNESCO. La plus fameuse des broderies chinoise est celle du Xiang, de la sublime région du Hunan. Datant depuis plus de 2000 ans, les points retrouvés sur les broderies antiques sont les même que ceux utilisés aujourd’hui. A vue d’œil, on peut croire qu’il ne s’agit pas de broderie mais de peinture! La vérité, c’est qu’il s’agit de peinture à l’aiguille où les fils de soie remplacent la peinture. Les motifs sont très précis et souvent floraux

En Tunisie, les hommes et les femmes brodent selon des techniques différentes : chaque région possède ses spécificités de broderie de son habit traditionnel. De nombreuses pièces sont brodées par des femmes, initiées dès leur jeune âge, à des techniques de broderie qui diffèrent d’une région à l’autre.

Pour ne citer que la broderie en fil de soie et argent du Cap Bon, on peut aussi mentionner  le point de Nabeul, qui aurait été développé il y a plus d’un siècle. Aucun trousseau de mariée n’est complet s’il ne compte pas une parure de lit, une nappe et ses serviettes ou un service à thé brodé au point de Nabeul.

A Raf Raf, « la broderie en fil de laine est mêlée de fils d’argent ou de métal vert et rose, de paillettes, de cordonnets d’or et d’argent. Raf-Raf est connue pour la tunique en étamine noire chargée de broderies dorées sur fond de feutre rouge, la tunique de soie moitié rose, moitié violette, brodée avec des fils dorés, sans col ni manche ce costume est appelé chouchana. La M’Hadna est une tunique en soie blanche et bandes de soie rouge, couverte de broderies polychromes exécutées en damier. La dernière spécialité de la région dans ce domaine est la M’Wachma (la tatouée), tunique de coton aux larges manches de tulle ornes de broderies de fils de laine aux couleurs vives« .

Le programme de formation en broderie a impliqué des brodeuses de Tunis, Sfax, Kairouan, Mahdia, etc….La formation sera certifiante.

LEAVE A REPLY